Climat : Les États-Unis de Trump tournent le dos à l’accord de Paris !

Trump, Président des USA annonçant le retrait de son pays de l'accord de ParisTrump, Président des États-Unis d'Amérique, ph. wikistrike.com

Le réchauffement climatique ou encore réchauffement planétaire est un secret de polichinelle. L’avenir de la planète est très alarmant. La température du globe augmente dangereusement. Le climat du globe a considérablement changé. Les différents signaux d’alarme observables à travers le climat demandent qu’une solution soit très vite trouvée. C’est dans ce contexte qu’est né l’accord de Paris signé par 195 pays du monde. Mais voici que les États-Unis, alors deuxième pollueur mondial juste derrière la Chine, se retirent de cet accord.

         Le climat de la planète est aujourd’hui plus que jamais inquiétant. Nombreuses sont les voix qui se lèvent pour que la planète soit sauvée. Du 30 novembre au 12 décembre 2015, les États du monde au nombre de 195 se donnent rendez-vous à Paris au parc d’exposition Le Bourget pour réfléchir sur l’avenir de la planète tant l’urgence se faisait pressante. Au terme de cette rencontre, un accord est finalement trouvé : il s’agit d’un accord international sur le climat, applicable à tous les pays qui fixe comme objectif, une limitation du réchauffement mondial entre 1,5 °C et 2 °C d’ici 2100.

 

Obama à Paris pour la COP21

Barack Obama, ancien président américain à Paris pour les discussion sur le climat dans le monde, ph. lexpress.fr

Toutefois, cet accord qui a été très applaudi, surtout par les défenseurs de la planète, les écologistes, est dans un autre tournant. En effet, l’imprévisible Donald Trump, Président des États-Unis d’Amérique décide de tourner dos à cet accord signé par son prédécesseur Barack Obama. Trump dit agir pour le bien de l’Américain d’ailleurs pour qui il est élu. Appliquer cet accord c’est accepter de perdre d’ici 2075, 1,7 million d’emplois. Cela sera à coup sûr dommageable pour l’économie américaine. Il le considère d’ailleurs comme « boulet au pied des États-Unis ». Aussi, pour le président américain, cet accord est loin d’être équitable. Il faudrait le renégocier.

Il y a lieu de souligner que cet accord prévoit amener les signataires à agir de sorte à limiter la température du globe à moins 2 ° en se référant à l’ère préindustrielle. Pour ce faire, ils doivent réduire les tonnes de dioxyde de carbone déversées dans l’atmosphère. Ce qui sera salutaire pour le climat de la planète. Il faut préciser que si nous en sommes là aujourd’hui, c’est dû à l’action de l’homme. La température du globe a augmenté considérablement depuis la révolution industrielle.

 

Ours polaire

Menace sur le climat: Ours polaire sur un bloc de glace en train de fondre, ph. toutvert.fr

L’on enregistre donc chaque année les dégâts dus au réchauffement climatique : des inondations, des tempêtes et des sécheresses assez sévères. Le niveau des océans augmente dangereusement menaçant des îles et les villes côtières. C’est dommage que Trump perçoive plutôt autre chose que ce qui est essentiel et accuse cet accord de favoriser les autres États grands pollueurs signataires au détriment des États-Unis. Il semble donc oublier que l’Américain dont il dit protéger est lui aussi citoyen du monde et de ce fait, logé à la même enseigne que les autres hommes dans le monde.           

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *