Éburnéen cherche représentant au Parlement

assemblée nationaleParlement ivoirien, ph. challengesradio.com

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’en Côte d’Ivoire la course au Parlement a commencé. Les élections législatives se tiendront dimanche prochain, la belle cité d’Éburnie cherche des représentants pour chacune de ses régions. Le jeu politique demande que chacun des candidats se dévoile et dévoile aussi bien sûr ses intentions politiques. Les Éburnéens, les oreilles dressées, se disposent à les écouter. Ils sont tous curieux de savoir quel discours chacun des candidats pourra bien tenir cette fois-ci.

 

parlement ivoirien

Le Parlement de Côte d’Ivoire, ph. oeildafrique.com

Quelques mois après la présidentielle, les Éburnéens sont donc encore sollicités, cette fois-ci pour les législatives : chaque région doit avoir ses représentants au Parlement. C’est dans cet esprit que chaque candidat va devoir persuader le maximum de personnes pour avoir une chance d’être élu. Pour ce faire, beaucoup de stratégies sont mises en place. Le parti des Rassemblés, lui, a adopté plusieurs stratégies, dont la stratégie de la migration. Eh oui, la migration ! Elle consiste pour un ancien élu à changer de territoire. L’ancien élu va faire valoir ses compétences sur un autre terrain avec une nouvelle population. C’est à croire que cet élu a été affecté ailleurs comme s’il s’agissait d’un poste de nomination. Il lui faut démontrer qu’il est un conquérant ou une conquérante.

Les élus obéissent aux ordres du parti. Le big boss des Rassemblés veut avoir les mains libres pour travailler. Il tient à être majoritaire au Parlement. Pas question que l’autre camp lui mette des peaux de banane sur la route. Chez les Rassemblés, les candidats ont reçu des consignes très fermes : gagner à tous les coups. Et là, malheurs aux vaincus car le parti ne se souviendra plus d’eux et ne les sollicitera plus pour pareil challenge.

Chose bizarre, les Rassemblés ont été secoués il y a de cela quelques jours quand deux de leurs rangs ont été remerciés. Ils ont été forcés à quitter le gouvernement. Ils ne pourront plus dîner à la table du big boss. Cela a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Han ! Il y a eu des « pourquoi ? » et des « que s’est-il passé ? » qui ont fusé de partout. Beaucoup d’Éburnéens n’ont rien compris à cette affaire. Ont-ils énervé le big boss ? Les Éburnéens sont, pour beaucoup, restés sur leur faim.

C’est maintenant le moment de se faire élire. Comme on le dit en Éburnie : Allons seulement !

Chaque groupement s’est jeté dans la course au Parlement. Même ceux que l’on taxe d’être trop attachés à une gloire passée sont aussi dans la course. La bataille s’annonce rude. Chacun veut avoir ses représentants dans l’hémicycle pour pouvoir se faire entendre. Certaines questions sont sur les lèvres des Eburnéens : quelle sera la position des deux candidats qui ont été remerciés vis-à-vis de la famille des Rassemblés ? Iront-ils en rang dispersé avec leur propre groupement ou feront-ils route ensemble ? Là, nous sommes curieux de savoir…

On ne devrait pas oublier les candidats indépendants ou encore le clan des têtus, des irréductibles ou encore les anticonformistes. Ces têtus, comme nous les appelons, ont osé désobéir à la décision de leur groupement. Il leur a été demandé de céder la place à d’autres pour se présenter dans la région qu’ils convoitent et où ils pensent pouvoir être élus sans trop de difficulté. Mais alors, que n’ont-ils pas compris ceux qui ont choisi les candidats ? Beaucoup parmi eux veulent « manger » comme on le dit en Éburnie. C’est clair qu’ils ne peuvent pas accepter qu’on leur arrache le pain de la bouche aussi facilement.

Aussi, certains des têtus disent agir au nom d’une certaine idéologie. À ce propos, l’ombre du Vieux et sa progéniture ont été frappées de sanction par les hauts dignitaires de leur parti. Eh ! Qui pouvait penser cela ? Lui, l’ombre du Vieux sanctionné ! Lui qui, une grande partie de sa vie durant, a été aux côtés du Vieux. Lui qui est comme un symbole, un monstre sacré. « Tchiéé !! vraiment hein ! «  comme on le dit en Éburnie. Ce qui est sûr : allons seulement !

À côté de ceux-là, il y a les autres indépendants qui ne sont pas des têtus. Ils veulent eux aussi faire entendre leur voix au Parlement. En Éburnie, on dit dans pareil cas, chacun cherche pour lui.

On peut dire que la marmite électorale bout avec pour ingrédients les Rassemblés, trop attachés à une gloire passée, le clan des têtus, d’autres groupements politiques aussi et les autres indépendants. Ils scandent tous leur slogan. À les entendre, on dirait des charlatans criant sur la place publique « votez pour moi et vous ne serez pas déçus ». D’autres parlent d’aider leur région à connaitre le développement alors qu’aucun budget ne leur sera alloué pour cela.

Les Éburnéens seront alors servis. La démagogie sera bel et bien au rendez-vous. Parmi les candidats, beaucoup se positionneront comme défenseur du peuple. Ils réussiront à berner certains, à hisser la couleur du parti en lieu et place de leur discours politique pour se faire élire. Mais une poignée d’Éburnéens, comme une vierge dépucelée dans divers viols, savent qui sont ce genre d’individus. Plus rien n’a de secrets pour eux. Ils savent qu’il ne faut pas trop accorder de crédit aux dires de ces démagogues. Ils savent qu’il faut écouter et faire la part des choses, il faut choisir celui qui convient en ne se laissant pas influencer par la couleur de son parti, même s’il est indépendant.

Les jours à venir nous renseigneront sur la cartographie politique nouvelle de l’hémicycle. Attendons de voir : allons seulement !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *