Francophonie : poussière de cultures au dénominateur commun

sommetSommet en langue malgache, ph. georgeskouame

La grande famille francophone se réunit à Antananarivo à Madagascar le 26 et 27 novembre 2016. Il faut préciser que la francophonie en tant qu’institution internationale regroupe les pays qui ont en commun la langue française et il est important de préciser que ces peuples ont chacun une culture différente. Les différentes cultures qui tentent de se faire connaitre ainsi participent pour beaucoup à solidifier les liens entre les différents États francophones

banderole annonçant la bienvenue

Banderole à l’entrée du village de francophonie, ph. georgeskouame

En effet, parler de francophonie c’est aussi reconnaître que le français est partagé par 284 millions de personnes. Tous ces pays ont donc pour dénominateur commun le français. Mais, il est essentiel de noter que tous ces pays ont une culture diverse et c’est l’un des charmes de la francophonie. Elle réussit l’exploit de mettre ensemble divers peuples.

village de la francophonie

Visiteurs entrant dans le village de la francophonie, ph. georgeskouame

En plus de valoriser la langue française qui est la 5e langue la plus parlée au monde. La francophonie prône aussi l’échange de cultures entre les différents peuples qui la constituent. C’est alors une manière pour ces peuples de faire connaître leur patrimoine culturel et s’ouvrir aux autres pays francophones.

stands

visite de stands pour d&couvrir les cultures des pays francophones, ph. georgeskouame

Il faut donc noter que cette ouverture aux autres que permet la culture permet alors aux échanges d’occuper une place de choix dans les festivités de la francophonie. Le nombre de visiteurs que l’on enregistre dans les différents stands du village de la francophonie témoigne de cette curiosité qui les anime et alors c’est pour eux un plaisir de pouvoir se faire une idée de la culture existant dans d’autres pays francophones.

visite des stands pour percevoir les cultures des pays francophones

Stands visités par les visiteurs, ph. georgeskouame

Pour Antananarivo 2016, le moins que l’on peut dire c’est que les différents stands ont de quoi plaire et satisfaire la curiosité des visiteurs. Chaque stand des différents États francophones propose à ses visiteurs ce que son patrimoine culturel a de spécificité. L’on peut dire que les visiteurs par moment ont véritablement l’embarras du choix quand il s’agit de faire des achats.

 

 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *