Sacs plastiques : véritable danger pour l’environnement et aussi risque sanitaire pour l’homme.

sac plastiqueSac plastique, ph: ladepechedabidjan.info

L’usage des sacs plastiques en Côte d’Ivoire est entré dans les mœurs. La population l’utilise sans retenue. Aujourd’hui, le gouvernement se bat pour que le sac plastique disparaisse, eu égard à la menace d’ordre environnemental et au risque sanitaire que son usage laisse planer, mais hélas ! Comme on le dit : l’habitude a la peau dure. La population continue de l’utiliser en restant sourde à l’appel du gouvernement qui semble ne pas savoir la formule idéale à appliquer pour la suppression pure et simple du sac plastique.

saisie de sachets d'eau

Saisie de sachets d’eau par les agents de la salubrité, ph: news.abidjan.net

         Le danger que représente le sac ou encore du sachet plastique est aujourd’hui connu de tous. L’on parle à présent de son interdiction. Cela dit, le gouvernement ivoirien a signé un décret en ce sens. Cependant, l’on continue de l’utiliser comme si de rien n’était avec quelques brèves actions du gouvernement qui se décide à empêcher la vente de sacs et sachets plastiques et procède à la fermeture de fabriques de sachets d’eau.

sachets d'eau

Tas de sachets d’eau, ph: fr.africatime.com

Il est à souligner que la population dans son ensemble méconnait les risques sanitaires liés à l’usage des sachets plastiques, la sensibilisation à ce sujet est très faible. Et c’est bien dommage. Quant aux risques environnementaux, l’on arrive à les percevoir d’une certaine façon.

  • L’environnement en danger

La matière plastique représente un réel danger pour l’environnement. En plus d’être utilisée de manière abusive, elle est jetée n’importe où : dans les caniveaux, par terre, disons un peu partout. Dans les caniveaux, elle obstrue le passage de l’eau pluviale. De ce fait, l’eau de pluie qui voit sa voie bouchée, se fraye un chemin autre que la voie qui lui a été tracée et se repend un peu partout, ce qui provoque des inondations. Le district d’Abidjan est chaque année victime de ce fait en saison pluvieuse avec son lot de mort et de destruction. Même si ce n’est pas la seule cause, l’obstruction des caniveaux par les sacs et sachets est pour beaucoup dans les cas d’inondation.

sacs plastiques

Ordures en grande partie composées de sacs plastiques dans un caniveau, ph: frafricatime.com

À cela s’ajoute le fait que la matière plastique en elle-même est polluante. Elle pollue l’environnement. Il faut souligner que la durée de vie du sac plastique pour qu’il se dégrade est située entre 100 et 400 ans. Quand l’on voit les tonnes de sacs et de sachets plastiques jetées dans la nature, il y a vraiment une raison de s’inquiéter. À quoi ressemblerait le monde et particulièrement la Côte d’Ivoire si rien n’est fait ? Les pouvoirs publics devraient agir vite. Car, il est à noter que ce sont des centaines de millions de sachets plastiques déversés dans la nature. Ces matières plastiques sont responsables de la destruction de la biodiversité.

Aussi, dans le souci de détruire les ordures, l’on choisit de les brûler y compris les sacs et sachets plastiques. Ce que beaucoup ignorent, c’est que les particules de la matière plastique brûlée qui tombe sur le sol le contaminent pendant de nombreuses années. Ce qui rend les fruits et légumes cultivés à cet endroit dangereux pour la consommation. Les animaux tels que les chèvres, les moutons, les bœufs qui broutent l’herbe de cet endroit ou les poulets qui consomment les bouts d’herbes ou les aliments de ce lieu contaminé, transmettent à l’homme lorsqu’ils sont mangés les composants toxiques de ces plastiques brûlées.

L’on retient que la production des sacs plastiques consomme des produits pétroliers, de l’eau, de l’énergie et, en plus, émet des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique.

Comme cela vient d’être souligné, les sacs plastiques, durant tout leur cycle de vie, sont une véritable source de pollution considérable. Et comme si cela ne suffisait pas, la santé de l’homme se trouve aussi menacée.

  • L’impact négatif de la matière plastique sur la santé

Aujourd’hui, un réel danger guette les utilisateurs de sachet plastique. Ces derniers utilisent les sacs plastiques comme des récipients. Il faut savoir que servir la nourriture, surtout chaude, dans un sachet plastique est dangereux pour la santé. Étant produit à base de pétrole et bien d’autres composants, des composants toxiques peuvent se déposer sur la nourriture et l’intoxiquer et cela s’accentue quand la nourriture est chaude. Cette chaleur détériore la matière plastique. Quand on voit que beaucoup de personnes, ignorant se danger, se font servir de la sauce ou autre nourriture encore chaude dans des sachets plastiques qu’elles consomment quelque temps après, il est clair qu’elles s’intoxiquent sans le savoir. Aussi, il a été prouvé que les composants toxiques qui se déposent ainsi sur les aliments peuvent engendrer des problèmes liés à la reproduction de l’homme.

Il serait aussi bien de noter que le fait de brûler les sacs plastiques pour les détruire, représente un grand danger pour l’homme. En effet, la fumée de la matière plastique en combustion est hautement cancérigène. Elle peut causer le cancer par inhalation. Cette fumée très toxique est à la fois dangereuse pour l’homme et aussi pour l’environnement. Il convient de préciser que les plastiques comme le PVC à savoir : Polychlorure de vinyle, est contenu dans les produits tels que : les bouteilles en plastique, les pots, les emballages en plastique et les sacs en plastique des grandes surfaces. La combustion de ces matières plastiques libère dans l’air le monoxyde de carbone, des dioxines et les furannes. Des études ont montré un lien entre les dioxines et furannes et le cancer et les maladies respiratoires. L’inhalation de ces composants toxiques par la femme enceinte peut provoquer des malformations congénitales dans les systèmes respiratoires et cardio-vasculaires de l’enfant qu’elle porte en son ventre.

Avec ce qui suit, il est urgent de trouver des alternatives afin de faire face à ce réel danger.

  • La nécessité d’alternatives pour résoudre la question du sac plastique

Devant les dangers que le sac plastique laisse planer à la fois sur l’homme et sur l’environnement, il est impérieux de trouver des alternatives. C’est dans ce contexte que le gouvernement ivoirien a fini par signer le décret de son interdiction. Cela a occasionné de la part du ministère de la salubrité, des saisis de sachets d’eau et sacs plastiques vendus par de jeunes filles et autres marchandes, des fermetures de fabriques de sachets d’eau et de sacs plastiques. Mais aujourd’hui, les sachets d’eau comme les sacs plastiques continuent d’être utilisés. Les actions du gouvernement ont été assez brèves. Jusque-là, à part les menaces du ministère de la salubrité, aucune action concrète, rien ne se fait pour marquer l’interdiction véritablement.

Il faudrait penser aussi au ramassage des ordures de matières plastiques qui bouchent les caniveaux. Il est bien de préciser qu’il faudrait éviter de brûler les sacs plastiques. Cette pratique s’avère dangereuse pour l’environnement et la santé. Devant tout ceci, l’on pourrait penser à les recycler. Cependant, leur recyclage n’est pas rentable d’un point de vue écologique et économique. Les sacs plastiques sont trop faibles, ils sont très légers pour le recyclage. En plus, cela consommerait plus de ressources qu’il n’en restituerait. Ce qui n’encourage pas au recyclage des sacs plastiques.

À côté de cela, il y a la promotion que fait le gouvernement à propos des sacs cabas réutilisables. Aujourd’hui, les grandes surfaces en général proposent ces sacs aux clients. Le client, contrairement aux sacs plastiques offerts gratuitement par le passé, doit l’acheter pour transporter les produits achetés et le prix varie selon le format : en général de 50frs à 150frs CFA.

Comme cela vient d’être dit, l’usage des sacs et des sachets plastiques présente beaucoup de risque à la fois pour l’homme et pour l’environnement. Il faut souligner que même les animaux sont aussi menacés. Il leur arrive de consommer ces matières plastiques. Ce qui peut leur causer la mort. Alors, le gouvernement ivoirien devrait agir avec plus de fermeté pour la suppression définitive des sacs plastiques. Mais, il doit aussi et surtout encourager les entreprises fabricatrices de ces sacs plastiques à se reconvertir à fabriquer d’autres produits par exemple les sacs en papier ou les autoriser, avec un droit de regard bien sûr, à la fabrique de sacs biodégradables. Cela permettra de conserver les emplois. Car, en fermant ces entreprises fabricatrices de sacs plastiques purement et simplement, il est clair que de nombreuses personnes vont se retrouver à la rue.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *